076. Le traitement opératoire des fractures du col de l’humérus. De nouvelles possibilités proposées PQR de méthodes anciennes.

VL Skryabin (Perm, Russie)

De 2000 à 2014  les 414 malades ayant  des fractures du col de l’humérus  on fait traité, dont la plus part par l’ostéosynthèse par plaque angulaire stable. A partir de 2010  la reposition des fractures du col de l’humérus à ciel fermé était suivie de l’ostéosynthèse au moyen de deux broches en  V.

On introduisait des broches dans la tête à travers des canaux au-dessous de la fracture de  sous contrôle de l’amplificateur de brillance. Au moyen, la durée de l’intervention était de 20 min, le séjour postopératoire de J3. On a réalisé les 61 interventions chez 57 femmes et 4 hommes, dont  l’âge moyen était de 67 ans (de 17 à 85 ans).

L’indication principale pour fixation PQR broches était considérée des fractures du col de l’humérus   2, 3 selon classification de Neer. Les mouvements passifs dans l’articulation de l’épaule étaient débutés le  J1 postopératoire ; cels actifs – J1 (Neer 2), J15 ( Neer 3). L’ostéosynthèse par broches a été associée d’une complication: une fonction abaissée  du nerf radial. Chez les 75% de malades les résultats était évalués bons et très bons.

Conclusion.  La méthode de l’ostéosynthèse fermée des fractures du col de l’humérus par broches en V est une méthode peu traumatisante, assurant  de bons résultats fonctionnels, moins couteuse que toute autre technique opératoire.

Chargement du fichier...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.