031. Indications et résultats actuels des prothèses totales du genou à charnière rotatoire.
Problèmes rotuliens dans les PTG charnières ? - Indicaciones y resultados actuales de PTR con bisagras rotatorias . Problemas rotulianos en las PTR con bisagras ?

Objectif : Les prothèses totales du genou à charnière rotatoires ont des indications spécifiques qui rendent leur utilisation limitée. Les problèmes rotuliens ont également été mis en avant avec les premières générations d’implants. Nous avons souhaité faire le point sur l’utilisation actuelle de ces implants et le taux de complications rotuliennes liées.
Matériel et méthode : Entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2016, 1284 prothèses de genou ont été réalisées dans notre centre, parmi lesquelles 172 étaient des changements de prothèse (13%) et 72 des prothèses charnières à pivot rotatoire (5%). Nous avons analysé et étudié spécifiquement les complications rotuliennes dans ce denier groupe.
Résultats : 43 étaient des prothèses charnières dites « simples » pour des problèmes ligamentaires isolés (18 Lexa C2F®, 25 Rotax Groupe Lepine®), et 29 étaient des prothèses charnière dites « de reconstruction » pour des problèmes ligamentaires liés à des pertes de substance osseuse (10 Noyles Depuy®, 19 RHK Biomet Zimmer®). Une seule réintervention pour instabilité rotulienne (2,5%) a été nécessaire avec reconstruction du MPFL au Tendon quadricipital. La rotule était parfaitement centrée dans 65% des cas des prothèses charnières « simple » et dans 59% des cas des prothèses charnières « de reconstruction ». On ne retrouvait pas d’influence du resurfaçage rotulien.
Conclusion : L’instabilité rotulienne après prothèse charnière « moderne » est peu fréquente mais le centrage rotulien parfait reste délicat à obtenir notamment en cas de perte de substance osseuse. L’utilisation de ces implants nécessite d’être exigeant sur le positionnement notamment en rotation si on veut éviter ces problèmes rotuliens.

Aim : Rotating Hinge TKA have specific indications that limit their current use. Patellar problems were also highlighted with the first generations of implants. We wanted to assess of the current use of these implants and the rate of related patellar complications.
Materials and methods : Between January 1, 2015 and December 31, 2016, 1284 knee prostheses were performed at our center, of which 172 were revisions (13%) and 72 Rotating Hinge TKA (5%). We analyzed and studied patellar complications specifically in this last group.
Results : 43 were « simple » hinge prostheses for isolated ligamentous problems (18 Lexa C2F®, Rotax Group Lepine®), and 29 were so-called « reconstruction » hinge prostheses for ligamentous problems related to bone loss (10 Noyles Depuy®, 19 RHK Biomet Zimmer®). A single reoperation for patellar instability (2.5%) was needed with reconstruction of MPFL with quadriceps Tendon. The patella was perfectly centered in 65% of the cases of « simple » hinge prostheses and in 59% of the « reconstruction » hinge prostheses. There was no influence of patellar resurfacing.
Conclusion : Patellar instability after a « modern » hinge prosthesis is uncommon but the perfect patellar centering remains delicate to obtain especially in case of bone loss. The use of these implants requires to be accurate on the positioning, in particular in rotation, in order to avoid these patellar problems.

Chargement du fichier...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.