043. Implantation de chondrocytes autologues de troisième génération versus mosaïcoplastie pour des lésions cartilagineuse du genou: essai randomisé, bilan à 2 ans. - Third-generation autologous chondrocyte implantation versus mosaicplasty for knee cartilage injury: 2-year randomized trial.

R Di Francia, F Dubrana, A Clavé, P Neyret, J Chan-Waï-Nam, et al. (Brest)

De nombreuses techniques chirurgicales ont été développées pour traiter les défauts ostéochondraux du genou. Une étude a rapporté des résultats encourageants de l’implantation de chondrocytes autologues de troisième génération obtenus en utilisant le gel d’agarose-alginate solide Cartipatch®.

Cet essai comparatif randomisé multicentrique a comparé les résultats fonctionnels à 2 ans (score IKDC) après Cartipatch® versus la mosaïcoplastie chez des patients présentant des anomalies chondrales fémorales symptomatiques isolées (ICRS III et IV) mesurant 2,5-7,5 cm. De plus, une évaluation histologique basée sur le score O’Driscoll a été réalisée après 2 ans.

Au cours de l’étude, nous avons pu inclure 55 patients, 30 d’entre eux ont été attribués au hasard à Cartipatch® et 25 à la mosaïcoplastie. Au bout de deux ans, huit patients avaient été perdus de vue, six dans le groupe Cartipatch® et deux dans le groupe mosaïcplastie. Les caractéristiques de base des deux groupes n’étaient pas significativement différentes. Le score IKDC moyen et l’amélioration du score après 2 ans étaient respectivement de 73,7 ± 20,1 et de 31,8 ± 20,8 avec Cartipatch® et de 81,5 ± 16,4 et 44,4 ± 15,2 avec une mosaïcoplastie.  La différence absolue de 12,6 points en faveur de la mosaïcoplastie est statistiquement significative.

Douze événements indésirables ont été enregistrés dans le groupe Cartipatch® contre six dans le groupe mosaïcoplastie.

A 2 ans de recul, les résultats fonctionnels après le traitement par Cartipatch® sont inférieurs à ceux de la  mosaicoplastie, une revue à cinq ans des patients permettra de voir si cette différence persiste avec un recul plus important.

 

Numerous surgical techniques have been developed to treat osteochondral defects of the knee. A study reported encouraging outcomes of third-generation autologous chondrocyte implantation achieved using the solid agarose-alginate scaffold Cartipatch®. Whether this scaffold is better than conventional techniques remains unclear. This multicenter randomized controlled trial compared 2-year functional outcomes (IKDC score) after Cartipatch® versus mosaicplasty in patients with isolated symptomatic femoral chondral defects (ICRS III and IV) measuring 2.5-7.5 cm(2) . In addition, a histological evaluation based on the O’Driscoll score was performed after 2 years. We needed 76 patients to demonstrate an at least 10-point subjective IKDC score difference with α = 5% and 90% power. During the enrolment period, we were able to include 55 patients, 30 of them were allocated at random to Cartipatch® and 25 to mosaicplasty. After 2 years, eight patients had been lost to follow-up, six in the Cartipatch® group, and two in the mosaicplasty group. The baseline characteristics of the two groups were not significantly different. The mean IKDC score and score improvement after 2 years were respectively 73.7 ± 20.1 and 31.8 ± 20.8 with Cartipatch® and 81.5 ± 16.4 and 44.4 ± 15.2 with mosaicplasty. The 12.6-point absolute difference in favor of mosaicplasty is statistically significant. Twelve adverse events were recorded in the Cartipatch® group against six in the mosaicplasty group. After 2 years, functional outcomes were significantly worse after Cartipatch® treatment compared to mosaicplasty for isolated focal osteochondral defects of the femur.

Chargement du fichier...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.