009. L Sedel (Paris) Influence des matériaux sur la stabilité des prothèses de hanche. - Role of Materials selection in THA stability

L Sedel, G Odri, J Sanchez, J-M Sverzut, J-D Laredo, P Bizot (Paris, France)

Dans un article récent, Bozic et al démontrent que la cause principale de révision des PTH  est l’instabilité de hanche qui devance le descellement. C’est un phénomène qui croit avec le recul. De nombreuses innovations ont été créées dans le but d’éviter l’instabilité: resurfaçage, grosses têtes métalliques, double mobilité, grosse tête jusqu’à 40 en céramique, modularité pour améliorer le positionnement des pièces, navigation. Toutes ces solutions n’ont qu’un objectif : jouer sur la géométrie, l’orientation, la biomécanique de l’articulation Et si le problème était autant biologique que mécanique ? Travaillant depuis près de 40 ans sur des prothèses «céramique sur céramique», nous avions remarqué deux éléments : le premier élément notable est qu’une fois passée la phase post opératoire, l’instabilité est très rare. Le pourcentage de ré intervention pour luxation n’excède pas 3%. La deuxième observation est lors des ré-interventions, de trouver  un tissu fibreux dense très résistant entourant l’articulation. Nous avons travaillé dans deux directions : sur les registres en regardant les causes de révisions en fonction des matériaux de frottement : Dans le registre néo-zélandais auquel nous avons eu accès par l’intermédiaire de Rocco Pitto, nous avons mis en évidence une diminution statistiquement significative des reprises pour luxation comparée aux autres couples de frottement. Pour mettre en évidence ce tissu fibreux chez des patients qui allaient bien, nous avons sélectionné 29 patients représentant 24 hanches. Une IRM avec le Logiciel Mavric a été effectuée. Les images ont permis de voir la neo capsule, d’une part et de mesurer son épaisseur d’autre part : nous avons ainsi pu comparer les sujets sains, ceux qui ont une prothèse avec du polyéthylène et ceux qui ont un couple céramique sur céramique. Les résultats montrent des différences significatives : les capsules des hanches en céramique ayant une épaisseur de capsule plus importantes que les autres. Ceci conforte l’hypothèse selon laquelle la réaction biologique aux débris d’usure joue un rôle jusque- là méconnu, mais important sur la stabilité des prothèses totales de hanche

Introduction: ceramic on ceramic (COC) total hip replacements (THR) have been shown to have les instability and dislocation in the long term. Periarticular soft tissue reaction to wear debris seem to play an important role in stabilizing THR. We made the hypothesis that capsular thickness varied according to the bearing surfaces in THR.

Material And Methods: MRI using a new MAVRIC sequence which reduces metallic artifacts was applied to measure hip capsule thicknesses in patients implanted with a relevant follow-up either with COC couple or with ceramic or metal on polyethylene (PE). MRI were performed for 29 hips in 16 patients. The hips were divided into 3 groups: native, COC THR and PE THR. Capsular thickness was blind measured 2 times by 2 independent observers. capsules. The difference was statistically significant compared to PE THR and native hips.

Results: COC THR had the thickest

Discussion: capsule thicknesses were different regarding bearing couple, and COC THR had thickest capsules. This could explain why COC THR had the best stability compared to other bearing surfaces.   Therefore, biological responses to wear debris could also play a role in THR stability.

Chargement du fichier...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.