020. Reprise par tige fémorale verrouillée dans les fractures péri prothétiques à propos de 53 cas. - Recovery by femoral stem locked in the prosthetic fractures perished in connection with 53 cases.

A Kaba, A Lao, E Lerisson, Ph A Faure, J B Facon,F Pierchon, N EL Husseini, L M Peyroux (Dunkerque)

Les fractures péri prothétiques sont en augmentation constante en raison du vieillissement de la population et du nombre important de poses. Elles touchent essentiellement le fémur et rarement l’acétabulum.

Nous rapportons notre expérience dans 53 cas sur une période de 6 ans, entre 2008 et 2014.

Notre expérience a commencé en 1991 avec la tige verrouillée de VIVES qui comporte deux générations :

La 1ère où la tige est droite en titane avec une collerette,

La 2ème avec plus de trous métaphysaires, mais sans collerette, revêtue d’hydroxie apathique en métaphyse pour améliorer théoriquement la repousse osseuse et enfin un col modulaire.

Nous avons utilisé la tige RL depuis 2008 :

Il s’agit d’une tige anatomique à col modulaire, sans ciment, verrouillable, complètement recouverte d’HAP.

La série : De mai 2008 à mars 2016 : 53 tiges posées chez 52 patients donc 1 bilatéral, 33 femmes pour 20 hommes avec un âge moyen de 72 ans, (les extrêmes 45 jusqu’à 93 ans) le côté droit 30, le côté gauche 23.

53 cas de fractures péri prothétiques de la manière suivante (selon la classification de Vancouver) :

B2 : 10, B3 : 20, C3 : 15, 3 métastases osseuses et 1 descellement aseptique, 1 descellement septique et 3 complications post-ostéosynthèses du fémur.

Nous avons relevé 2 cas de fractures per opératoires et post-opératoires  précoces, soit 2% dues à des fautes techniques et 50 patients qui ont une fracture péri prothétique tardive suite à une chute mécanique sur un os ostéoporotique.

Les implants posés dans la série : 53 tiges :

– Pour les longueurs de 220mm : 15 cas sur 53 cas, c’est-à-dire 30%,

– Pour les longueurs de 260mm : 38 cas sur 53 cas, c’est-à-dire 70%.

Le nombre de vis de verrouillage posées : aucune : 7%, 2 : 30%, 3 : 41 %, 4 : 18% et 5 : 2%.

Les gestes associés : cerclages dans 86% des cas, des plaques vissées dans 6%, le crochet du Courpied dans 36% des cas. 9% de révision acétabulaire.

Les complications per opératoires : 6 cas, dont 5 fausses routes révélées en per opératoire, 1 cas de refend sur la dernière vis de verrouillage, ayant nécessité la mise en place d’une plaque pontant la tige.

Les suites opératoires : Le lever a été précoce avec un appui complet, suivi d’une rééducation dans un centre spécialisé.

Le résultat de la série : 37 revus sur 53 cas suivis pendant au moins un an : La consolidation à un an est de 83%, les complications post-opératoires : infection : 2,7% 1 patient sur 37, fracture de l’implant : 2,7% 1 patient sur 37, luxation : 2,7% 1 patient sur 37,fracture péri prothétique : 5,4% 2 patients sur 37,une pseudarthrose : 8%  3 patients sur 37,décès avant 1 an : 8% 3 patients sur 37

5 reprises : 2 pour pseudarthrose, 1 pour infection, 1 pour usure de polyéthylène et 1 pour une fracture du fémur sur  tige de reprise.

En  conclusion : La survenue d’une fracture péri prothétique est un évènement grave qui met en jeu le pronostic vital.Il s’agit souvent d’une personne âgée de 80 ans, ostéoporotique, le traumatisme est de basse énergie, le diagnostic de la fracture est facile, le stade n’est pas toujours évident à préciser malgré les radiographies et le scanner. Les bonnes indications se sont les B3 et les C.

En ce qui concerne la tige verrouillée à col modulaire que nous utilisons, elle permet une fixation primaire stable avec une remise en charge rapide favorisant ainsi la consolidation de la fracture, elle prévient les phénomènes de détournement des contraintes et améliore les résultats (PMA).

 

The prosthetic fractures perished are in constant increase because of the ageing of the population and the significant number of installations. They touch primarily the femur and seldom the acétabulum.

We report our experiment in 53 cases over one 6 years period, between 2008 and 2014.

Our experiment started in 1991 with the locked SHARP stem which comprises two generations:

The 1era where the stem is right out of titanium with a flange,

2ème with more holes métaphysaires, but without flange, covered apathetic hydroxy in métaphyse to improve theoretically pushes back it osseous and finally a modular collar.

We used stem RL since 2008:

It is about an anatomical stem with modular collar, without cement, boltable, completely covered with HAP. Â

The series : From May 2008 to March 2016: 53 stems posed among 52 patients thus 1 bilateral, 33 women for 20 men with 72 years an average age, (extremes 45 up to 93 years) the right side 30, the left side 23.

53 cases of prosthetic fractures perished in the following way (according to the classification of Vancouver) :

B2: 10, B3: 20, C3: 15, 3 osseous metastases and 1 aseptic unsealing, 1 septic unsealing and 3 complications post-osteosyntheses of the femur.

We raised 2 cases of operational and post-operative fractures per  early, that is to say 2% due to technical faults and 50 patients who have a late prosthetic fracture perished following a mechanical fall on a bone osteoporotic.

Implants posed in the series : 53 stems:

– For the lengths of 220mm: 15 case out of 53 cases, i.e. 30%,

– For the lengths of 260mm: 38 cases out of 53 cases, i.e. 70%.

The number of screws of locking posed: none: 7%, 2 : 30%, 3 : 41 %, 4 : 18% and 5: 2%.

Associated gestures : hoopings in 86% of the cases, the plates screwed in 6%, the hook of Courpied in 36% of the cases. 9% of revision acétabulaire.

The operational complications per : 6 cases, of which 5 distort roads revealed in per operational, 1 case of partition on the last screw of locking, having required the installation of a plate bridging the stem.

Operational continuations: The rising was early with a complete support, followed by a rehabilitation in a specialized center.

The result of the series : 37 re-examined out of 53 cases followed during at least a year: The consolidation at one year is 83%, the post-operative complications: infection: 2,7% 1 patient out of 37, fracture of the implant: 2,7% 1 patient out of 37, luxation: 2,7% 1 patient out of 37, prosthetic fracture perished: 5,4% 2 patients out of 37, a pseudarthrose: 8%  3 patients out of 37, death before 1 year: 8% 3 patients out of 37

5 recoveries : 2 for pseudarthrose, 1 for infection, 1 for polyethylene wear and 1 for a fracture of the femur on stem of recovery.

In  conclusion : Occurred of a prosthetic fracture perished is a serious event which brings into play the vital forecast. It is often about a 80 years old, osteoporotic person, the traumatism is of low energy, the diagnosis of the fracture is easy, the stage is not always obvious to specify in spite of radiographies and the scanner. The good indications are B3 and C.

With regard to the locked stem with modular collar that we use, it allows a stable primary fixing with a handing-over in fast load thus supporting the consolidation of the fracture, it prevents the phenomena of diversion of the constraints and improves the results (LDC).

Chargement du fichier...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.