100. Peut-on prévoir la mortalité chez les patients présentant une fracture de la hanche ? - Can we predict mortality in patients with a hip fracture ?

JC Bel, JP Carret (Lyon)

Introduction
Depuis 1980, la mortalité des patients pris en charge pour fracture de hanche ne diminue pas et reste élevée : 24% à 6 mois (symposium Sofcot 2002 Les fractures des sujets âgés >80 ans), 18 à 52% à 1 an dans la littérature. Une explication est l’augmentation de l’âge des patients mais elle n’est pas la seule. Connaitre tous les facteurs intrinsèques et extrinsèques au patient tout au long de la prise en charge, ou un score permettrait-il de prévoir de façon simple la mortalité après fracture de hanche ?

Matériel
L’épidémiologie montre que pour ces patients avec fracture de hanche, 1/3 des >75 ans et 1/2 des >85 ans sont coronariens asymptomatiques, ont une cardiopathie ischémique, une BPCO, un diabète. 2/3 ont des comorbidités : 75% sont insuffisants rénaux, 50% anémiés, 38% dénutris avec diminution des défenses immunitaires favorisant les infections. Les troubles cognitifs sont fréquents. Beaucoup vivent en institution.

Méthodes
Le Nottingham Hip Fracture Score (NHFS) employé a été conçu sur une étude de cohorte de 4967 fractures de hanche pendant 7 ans. Une étude de régression logistique univariée a sélectionné les variables indépendantes qui sont des indicateurs de mortalité à 30 jours, puis une régression logistique multi variée a été appliquée aux données pour construire et valider le système de score. A la prise en charge de nos patients, ces variables [âge ≥86 ans soit 4 points, sexe masculin, comorbidités ≥2, mini-mental test score ≤6, hémoglobine à l’admission ≤10 g.dl-1, vie en institution, présence d’un cancer, soit chacune 1 point] sont notées.

Résultats
Les points attribués à ces variables sont introduits dans un calcul simple aboutissant au score de risque NHFS variant de 3 à 10, correspondant à une probabilité de mortalité de 4% à 57% à 30 jours.

Discussion
Deux scores prédictifs de mortalité à 30 jours, publiés, validés, existent : le Charlson Comorbidity Index basé sur l’étude des comorbidités et le NHFS. Une bonne concordance (Χ2, P=0,7) existe entre le nombre de décès observés à 30 jours et le nombre de décès prédits par le NHFS.

Conclusion
Lors de fracture de hanche, l’état de santé physique et mental, les pathologies associées sont des facteurs péjoratifs de mortalité peu modifiables. Les détecter, les exploiter systématiquement à travers un score de risque simple, spécifique, validé, permet de prévoir la mortalité de tous nos patients, d’informer les familles et d’améliorer la prise en charge de ces facteurs.

Chargement du fichier...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.