088. Prise en charge du pied diabétique : l’expérience du CHU de YOPOUGON (Abidjan- Cote d’Ivoire)

I Bamba, AD Kacou, KD Soumaro, S Ouedraogo, ER Boka, C Mobiot-aka, A Traore, A Dao, E J-B Sie (Abidjan, Cote D’ivoire)

Introduction :

 Le diabète est une maladie en pleine expansion dans le monde. En Côte d’Ivoire, la découverte de la maladie se fait encore bien souvent au stade de complications dont l’une des plus redoutables reste les infections du pied. L’objectif de ce travail est de rapporter notre expérience dans la prise en charge de ces pieds diabétiques.

Patients Et Methodes : Il s’agit d’une étude rétrospective réalisée au CHU de Yopougon et portant sur 770 patients (486 hommes et 284 femmes) diabétiques hospitalisés pour des lésions du pied entre février 2002 et décembre 2016. Parmi ces patients 12 avaient des lésions bilatérales, portant le nombre de pieds diabétiques à 782.  Le traitement associait la chirurgie, le traitement médical et les soins locaux.

Resultats : Durant la période de l’étude, 3785 patients diabétiques ont été suivis dont 770 présentaient au moins une lésion du pied, soit une prévalence 20.3%. L’âge moyen des patients était de 55.8 ans (variant de 24 à 85 ans). Concernant le type de diabète, nous avons retrouvé 91% de diabète de type 2 et 9% de diabète de type 1. Les lésions se répartissaient en 512 ulcères et maux perforants plantaires (65.4%), et 270 cas de gangrènes  (34.6%).

 

Discussion : La récurrence des complications du diabète est certainement liée aux difficultés inhérentes à l’observance du traitement, elle-même en rapport avec les problèmes socio-économiques. Les ulcères et maux perforants ont bénéficié de la chirurgie conservatrice au prix parfois de longs séjours hospitaliers.

Conclusion : Les infections du pied, complication redoutable du diabète, restent encore fréquentes dans les pays en développement. Le chirurgien dans nos pays est souvent confronté à des décisions radicales, face aux gangrènes diabétiques. La prévention doit être la règle par l’éducation ainsi que la prise en charge précoce et pluridisciplinaire pour réduire le nombre d’amputation des membres inférieurs.

Chargement du fichier...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.